Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
décembre 10, 2019, 11:02:26
Le forum Planète Rôliste existe depuis 2006, il a pour vocation de promouvoir les jeux de rôles (JdR) et permettre de jouer des parties même pour ceux qui n'ont plus de table à disposition (au sens propre comme au sens figuré), à l'écrit en "Play by Post", grâce aux très nombreux outils à disposition, ou en chat vocal/vidéo pour ceux qui le souhaitent. Les expatriés, les nomades, les timides, les boulimiques du JdR, les petits nouveaux, les peujs et les meujs, tous sont les bienvenus au sein de notre communauté.

AuteurSujet:  Dans l'enfer de la Jungle  (Lu 641 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Aytan

  • Chevalier Dragonlance
  • *
  • Messages: 4731

  • Activité
    0%
Dans l'enfer de la Jungle
« le: octobre 09, 2019, 18:53:43 »
@dragrubis La suite pour toi :)

Le moins qu'on puisse dire, c'est que ça avait été rapide.

Une taloche derrière la tête, un vol court en navette, un micro saut hyperspatial de quelques secondes, et une descente planétaire. Aucun hublot dans votre ... cabine. Enfin, si on peut appeler ça comme ça l'entassement de non humains en tout genre, aux métabolismes - et donc aux odeurs - toutes différentes. Un moment pénible. Et le manque de communication des autres prisonniers, sales, amaigris et abattus, ne t'a guère permis d'entamer une discussion.

De subtils changements de régime moteur, puis de pression t’indiquent que vous êtes arrivés dans atmosphère d'une planète. Il y a des bruits, un chuintement, puis plus rien.

Le plan incliné s'ouvre doucement, révélant une lumière vive, verte. Des troopers vous font signes de descendre.

Tu te retrouves avec le reste du contingent sur une plate forme atterrissage. Plate, en métal, de quelques dizaines de mètres de large au maximum. La vue est saisissante. Vous êtes au dessus de la canopée d'une vaste jungle qui se perd à l'horizon. Aucune montagne visible. cette planète doit être une immense jungle. La cime des arbres, en dessous de toi, ne te laisse pas voir le sol. Le ciel est bleu, magnifique. Le soleil - unique - brille de mille feux dans le ciel, écrasant. Il ne fait curieusement pas vraiment chaud. Ni vraiment humide. Un vent frais te caresse le visage.

Un trooper t'en colle une pendant que tu rêvasses. Tu tombes lourdement au sol. Toi les autres vous voyez passé des menottes électromagnétiques, puis vous êtes forcés de vous mettre en rang.

Les troopers rigolent.


Tu te rends compte de la marche qu'ils vont faire pour atteindre la prison ?
- Ouais, dommage qu'ils aient pas d'armures ... Et que la station ne soit accessible qu'à pied !
- Ça va leur forger le caractère.
- Ça va surtout leur forger les pieds !
- Et la peau ! Avec ces moustiques, ces sangsues, les serpents et les grenouilles venimeuses ... c'est une sorte d'enfer quand t'es pas équipé ici !
- Hahaha


Et les troopers se marrent de leur bonne blague.

Vous êtes conduit au borde la plate forme, ou un turbolift vous fait descendre au sol. La descente est longue, les arbres doivent être particulièrement haut.

Arrivés en bas, changement d'ambiance. Il fat chaud. Et humide. Il n'y a pas d'air qui circule, la moiteur est étouffante. Des arbres aux larges tronc s’élèvent à plusieurs dizaines de mètres de haut, si ce n'est centaines. Tu ne vois plus le ciel, mais la luminosité descend bien jusqu'ici. Le sol est fait d'une sorte d’herbe molle, verte. Tout est vert ici. Vertes les lianes qui pendent des branches basses, vertes les eaux stagnantes que tu distinguent au sol, verte la lumière même, qui filtre à travers les feuilles bourrées de chlorophylle.
C'est un enfer vert.

Les troopers vous mettent en marche, et la lente agonie commence.

Au milieu du groupe de prisonniers, tu perçois des manifestations de colère. Parmi les plus à risque, tu repère un Wookie, dont la fourrure commence à être trempé de sueur sous ce climat. Un Sullustéen, également, souffle des bajoues. Deux Rodiens qui échangent des regards de leurs yeux arachnéens. Un Besalisk, enfin, derrière le Wookie, lui murmure des paroles réconfortantes de sa grosse voix sonore. Les troopers ne semblent pas avoir conscience des humeurs des prisonniers.

Hors ligne Anokha Tashish
(dragrubis)

  • Grand Prêtre d'Oghma
  • ****
  • Blessures
    Stress
  • Messages: 13258
  • Personnellement je n'ai pas de texte.

  • Activité
    0%
Re: Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #1 le: octobre 11, 2019, 12:00:41 »
<pense:>20 contre 4, même si on est attachés, ils nous ont menottés avec l'intelligence d'un Banta pour qu'on puisse se relever sans leur aide. Avec un Wookie on peut en maîtriser un aisément rien qu'avec lui. Si chacun fait son taf on peut tous les maîtriser avant le premier tir de blaster. Ensuite on peut les désarmer et les foutres à poils.
J'en profite pour jeter un regard discrètement et en prenant mon temps et voir si leur blaster sont régler en paralysant ou non, de repérer le leader du groupe et de voir si il sont vraiment à notre escorte ou si ils sont distrait par le terrain ou la vue ou simplement blasés. Si je suis normalement constitué il y a au moins la moitié des prisonniers qui a la même idée que moi et qui est en train de prendre les mêmes repères et informations, pour le même résultat. Je m'approche lentement du Wookie et du Besalisk pour comprendre ce qui se dit entre eux. Puis du Sullustéen pour lui marmonner :
<murmure:>A 5 contre 1 on se laisse faire?
Il me jette un regard mi étonné mi en colère, je comprends que mon idée lui trotte déjà dans la tête, avec un plan similaire probablement. Les troopers sont toujours en train de regarder devant eux sans faire gaffe à nous véritablement.
Un devant nous pour ouvrir la marche, lui ne va probablement rien voir, un de chaque côté pour éviter les "fuites" latérales, un derrière en "speeder balais". Et il s'agit probablement du sergent de l'unité.
<murmure:>Vu la taille des lieux et ce qu'ils en disaient c'est loin, passe le message.
Puis je passe au Besalisk. Je prends mon temps et je laisse bien passer 20 ou 25 minutes de marche avant de m'adresser à lui, histoire que ca ne paresse pas suspect :
<murmure:>Ton copain a raison on était mieux en haut, et à 5 contre 1...
Puis je prends un air abattue avant de reprendre la longue marche.

L'ambiance est lourde et pesante, j'ai le double avantage d’être plus petite que la majorité des gens et d'être plus couverte pour éviter le soleil du désert, les moustiques ne m'embete pas trop. Le wookie avec sa couche de poil doit avoir à faire avec d'autres parasites. Pour le moment pas de grosse bêtes. Je transpire aussi cependant... J'attends que le message passe aux uns et aux autres...
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Hors ligne Aytan

  • Chevalier Dragonlance
  • *
  • Messages: 4731

  • Activité
    0%
Re : Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #2 le: octobre 15, 2019, 22:35:58 »
La marche se déroule lentement. Les autres prisonniers se sont calmés après tes remarques. Ils font profil bas. Tu perçois par moment des regards furtifs en coin, vers toi. Interrogatifs. Impatients. Ils sentent qu'il y a quelque chose.
La vigilance des gardes s'est quelque peu relâchée. La luminosité baisse progressivement. Vous avez du arriver tard dans la journée, ou alors les temps de soleil sont courts sur ce monde, car cela fait moins de deux ou trois heures que vous marchez, et la nuit arrive.

Les troopers vous font faire halte. le Wookie grogne, et se dégage d'un trooper, ce qui lui vaut un coup de crosse dans l'épaule - qui ne le fait même pas sursauter.
Tout le monde se tend au geste de violence du trooper, mais le calme reste. Le Wookie contrôle ses nerfs - tu perçois son ami le Besalsik qui lui touche l'avant bras pour l'assurer de son soutien.

Le moment passe. Les troopers montent le camp, une petite valisette qui se déplie en une sorte d'abri minuscule, contenant trois lits. La grogne monte quand vous constatez qu'il est à destination des troopers uniquement. Trois s'installent pour dormir et un monte la garde. Ils ont du s'échanger des informations en privé par leur micro-casque, car vous n'avez rien entendu.

Les troopers vous ont désigné une zone au sol, où vous pouvez vous allonger. Ils ne vous ont pas détaché.

Le trooper de garde s'éloigne un peu de vous. Il semble surveiller la foret plutôt que vous - après tout, que pourriez-vous faire, seul dans cette jungle ? Vous n’êtes plus une menace ...

Le silence s'installe à mesure que la nuit prend ses droits. Les moustiques se sont calmés et les bruits ont changé dans la jungle. Le Besalisk, allongé à côté de toi, roule sur le côté et te parle à voix basse.


T'as un plan ? Je tiendrai pas Gorrash au calme encore une journée comme ça ... Faut qu'on attaque cette nuit. On se débarrasse d'eux, et on retourne à la plate forme, on pique un vaisseau et on se tire.

Le sullustéen, qui ne dort pas, murmure son assentiment d'un borborygme de sa langue natale.

Hors ligne Anokha Tashish
(dragrubis)

  • Grand Prêtre d'Oghma
  • ****
  • Blessures
    Stress
  • Messages: 13258
  • Personnellement je n'ai pas de texte.

  • Activité
    0%
Re: Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #3 le: octobre 16, 2019, 10:28:08 »
Pendant que la journée continu je perçois les regards vers moi me voilà le centre de l'attention, je déteste ça. L'avantage étant que nos actions seront coordonnées. Quand je vois que la nuit approche, je me dis qu'on est mal partit avec si peu de visibilité de jour de nuit ça doit être infernal.
<murmure:>On a peu de temps avant la nuit noir, la majorité d'entre nous va à la sortie de la tente pour les chopper à la sortie, Gorrash, toi et moi sur le garde dehors, je fais l’appât et détourne son attention et vous l’assommez, ça devrait alerter les autres, on désarme celui que vous avez assommé puis on paralyse ceux qui sortent. On a besoin d'eux vivant pour enlever nos bracelets. On a aussi besoin d'un max de leurs affaires en bon état. Surtout leurs armes.
Quand je chuchote un bon quart des prisonniers comprends à peu prêt ce que je raconte et acquiesce, sans doute que le fait que je serve d’appât moi même les rassure quand au fait que je ne les utilisent pas. Les prisonniers commencent à tourner pour trouver des places "plus confortables" les uns après les autres, pour échanger le plan discretement et surtout pour se rapprocher suffisamment de la "tente".

Un bon quart d'heure après que tout le monde est commencé à jouer le sommeil, je me lève et je me mets à l'écart du garde qui veille sur la foret mais dans son champs de vision, Gorrash et son pote faisant le tour derrière discrètement jouant sur le manque de lumière et l'absence de visibilité des casque des troopers.


Chef? Je le fais sursauter, il me regarde et s’apprête probablement a venir vers moi pour me coller un coup de crosse. Non! Ne tapez pas, je vais juste un peu à l'écart pour une nécessité biologique. Si je fais ça au milieu du camps ca pourrait sans doutes attirer des trucs, sans compter ...
C'est à ce moment précis qu'un énorme "truc velu" -mais identifié- de plus de 2m intervient accompagné de son acolyte pour l’assommer à coup bras menottés...
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Hors ligne Aytan

  • Chevalier Dragonlance
  • *
  • Messages: 4731

  • Activité
    0%
Re : Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #4 le: octobre 16, 2019, 23:04:54 »
Le trooper te voit arriver, et se tourne vers toi.

Qu'est ce que tu fais là, toi ? retourne avec les autres.

Tu lui expliques, et il te coupe.

J'en ai rien à foutre ! T'as qu'à chier au milieu du tas de détritus qui te sert de compagnon. Allez, casse-t...

Il s’interrompt alors que 200 kg de muscle s'abattent sur son crâne avec un bruit de craquement. Puis le Wookie le saisit, et lui tord la nuque en poussant un cri de guerre. Le soldat meurt dans un bruit écœurant.

Naturellement, les trois soldats endormis ont été alertés par le bruit de lutte. Ils se lèvent en hurlant. Un est saisi au vol par le Besalisk, qui lui arrache son arme d'une main, lui agrippe la tête d'une deuxième, le torse d'une troisième et l'entrejambe de la quatrième, avant de l'envoyer valdinguer à trente mètres. Il heurte un arbe et ne bouge plus. Deux Rodiens ont saisis l'arme du troisième trooper, et se débattent avec lui.

Le temps est suspendu, l’adrénaline est au maximum et tu ne peux pas faire grand chose. Tu entends le wookie hurler, et tourne ton regard. Il fonce aider les deux Rodiens.
Le quatrième trooper est au prise avec le sullsutéen. Tu entends tout d'un coup un bruit redouté. Un coup de blaster. Le sullustéen s'effondre en gargouillant, de la fumée s'échappant de son ventre. Le trooper se débarrasse de lui d'un coup de crosse sur la tête, puis pointe son blaster vers le groupe... et s'effondre tandis qu'un Ithorien lui abat une pierre sur le casque. Il perd connaissance, relâche tous ses muscles et tombe au sol.

Pendant ce temps, le Wookie est arrivé sur le troisième trooper aux prise avec les Rodiens, et lui balance une patte en pleine figure qui l'expédie au sol.

Plus aucun trooper ne bouge. Le silence est revenu d'un coup, troublé seulement par le Sullustéen gravement blessé qui gémit au sol ...

Hors ligne Anokha Tashish
(dragrubis)

  • Grand Prêtre d'Oghma
  • ****
  • Blessures
    Stress
  • Messages: 13258
  • Personnellement je n'ai pas de texte.

  • Activité
    0%
Re: Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #5 le: octobre 17, 2019, 11:24:55 »
Une fois la top violente libération survenue, je fais un état des lieux rapide :
Fouillez la tente et les troopers, on cherche des stim pack et les clefs de nos bracelets. On est libre, mais pas sortis d'affaire, j'aurais préféré qu'on les gardent vivants aussi pour pouvoir les utiliser. J'espère qu'au moins l'un d'entre eux à survécu, pour les infos, la monnaie d'échange. Trouvez moi ses clefs et des stim!
En disant ça, je m'approche du Sullustéen, et je fais un état de ses blessures, juste pour évaluer la situation, je serais bien incapable de gérer une blessure. Et je lui adresse un sourire sincère. Tiens bon! On va te trouver de quoi te remettre sur pied.

Je cherche de quoi lui éviter de pisser le sang, une quelqu'un de blessé ça attire les prédateurs, et vu la jungle, on va être dans la merde dans pas longtemps.
Est ce que quelqu'un s'y connait en médecine? Qu'on s'occupe de lui.
Au besoin j'utilise un point de destin pour qu'effectivement quelqu'un de compétent se manifeste.

Et quand le "doc" arrive et s'occupe de notre blessé, je me redresse, et je m'adresse à tous.
Félicitation à tous, ça a été tout à la fois plus le bordel et moins catastrophique que cela aurait pu. On a pas si mal géré. On va améliorer le campement, on va démarrer trois feu camps autour du site, Je désigne trois points avec des risques modérés autour de notre position. Cela nous réchauffera tous un peu et effraiera la plupart des prédateurs. Nous avons 4 blaster à disposition, ils vont tourner, de mains en mains, on fera des tours de garde à quatre, entre les feux de camps pour trois des gardes et en regardant en l'air pour le quatrième, vu la hauteur des arbres il peut y avoir des trucs qui les utilisent. Si nous voulons survivre on va devrons coopérer ensemble. Et on attache les troopers.

Je participe au démarrage des feux, ainsi qu'à la mise en place des tours de garde, on trouve de quoi ouvrir ou casser les bracelets - au pire les blaster permettent de séparer les deux parties de chaque paire pour les moins patients. L'adrénaline retombe avec l'activité dans le camps, on établit les tours de garde, avec peu de confiance les uns envers les autres.

Pour les troopers, trois respirent encore. Celui, dont le casque à prit la majorité du choc de la pierre, agonise péniblement; on ne pourra probablement pas le sauver, le simple fait d’ôter son casque pour évaluer les blessures suffirait à l'achever. Celui qui a perdu son arme, sa dignité et qui a appris à voler sur de courte distance s'en tire mieux, il a probablement des côtes cassées, le wookie le ramène en le traînant sans ménagement, mais il vivra. Celui qui s'en tire le mieux est celui qui s'est rendu aux Rodiens en voyant qu'il n'aurait pas le dessus sur 20 prisonniers organisés. C'est de celui là que je m'approche après lui avoir enlevé son casque :

Nom, grade, matricule, corps et mission, soldat? Le soldat ne dit rien, Gorrash exprime sa volonté de lui arracher les bras.
Laisses lui une chance de répondre, il sait que leur seule chance de survie ne viendra plus de l'empire maintenant, mais de gens qu'ils haïssent. A eux d'essayer d'acheter un peu de temps. Et il est plus utile vivant pour le moment. A lui de voir à quel point il veut être en bon état, on juste besoin qu'il puisse parler et marcher seul après tout. Je déteste ce que je viens de dire mais visiblement certains des prisonniers ne sont pas là uniquement parce qu'ils sont non humains. Avec une morale et une éthique apparente douteuse, cela me permettra un minimum de gérer des pulsions disons dangereuses.
Je récupère les bracelets qu'on a pu enlever sans les détruire, et les fixe bras dans le dos à nos deux prisonniers survivants. Avec une troisième paire je fixe aussi la jambes droite de l'un à la jambes gauche de l'autre.

Par ailleurs à lui de voir si il veut pouvoir soutenir son pote.
Je me retourne à nouveau vers le prisonniers, lui colle une baffe et répète :
Nom, grade, matricule, corps et mission, soldat! A moins que tu n'en veuilles une de mon copain? En montrant le wookie. Et il n'a pas ma patience, apparemment.
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Hors ligne Aytan

  • Chevalier Dragonlance
  • *
  • Messages: 4731

  • Activité
    0%
Re : Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #6 le: octobre 17, 2019, 21:27:40 »
Point de Destin dépensé

A ton appel, un des Rodien se précipite vers le Sullustéen qui se tord de douleur au sol. Il a piqué la mallette de premier secours des troopers, mais elle est assez succinte. Tu le laisses travailler sur le malheureux, avec bien peu d'espoir ...

Le trooper respire difficilement. Il éructe difficilement :

Je .. Numéro 345821. Exploration. Mission : amener les prisonniers au bâtiment principal.

Le choc, l'habitude d'obéir aux ordre et la menace de la patte velue de Gorrosh te permette d'obtenir facilement des réponses. En revanche, le pauvre homme tient à peine debout, et semble avoir à peine conscience de son environnement. Il se désintéresse totalement de son collègue, qui replonge lui dans le coma.

Un trooper marche, hébété. Un est mort. Les deux autres agonisent ou sont dans le coma.

Le Besalisk qui vient de prononcer ses mots en s'approchant de toi se frotte les mains, avant de se tourne vers toi.

Bon ... Et maintenant, on fait quoi, Chef ?

Les autres sont en train soit d'exécuter tes ordres, soit ceux du besalisk qui se comporte comme ton lieutenant et a structuré tes consignes auprès des autres prisonniers, notamment pour l'allumage des feux. On dirait que la hiérarchie du groupe est maintenant constituée.

Le Rodien soigneur s’approche de toi, et grommelle dans un basic approximatif :

Lui mal en point. Chirurgie nécessaire. Stabilisé. Endormi. Mais pas 24h de trop...

Hors ligne Anokha Tashish
(dragrubis)

  • Grand Prêtre d'Oghma
  • ****
  • Blessures
    Stress
  • Messages: 13258
  • Personnellement je n'ai pas de texte.

  • Activité
    0%
Re: Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #7 le: octobre 18, 2019, 01:46:11 »
Deux choix dans l'immédiat, on se pose histoire de marcher de jour ou on part. Pour les directions au choix : on continu vers l'endroit où ils nous menaient, ce qui ne me plaît que pour peut-être sauver notre camarade, soit on fait demi tour pour espérer prendre une navette.
On peut voter si vous le souhaitez, personnellement je ne suis pas fan du déplacement à l'aveugle.
Dans l'immédiat, on peut faire l'état de nos savoir faire, ça nous aidera a nous organiser.
J'ai moi même des aptitudes en survie et en pilotage.

Et on va utiliser des pseudos, les impériaux pourraient avoir des espions parmi nous. Je vous laisse choisir comment vous vous appelez.

Pour notre blessé en dehors de la chirurgie on peut faire quelque chose pour lui augmenter ses chances? On va lui faire un brancard pour le porter.

Et pour les Troopers encore vivants?


D'ailleurs je me retourne vers notre prisonnier,

Et toi tu es Trooper pourquoi? Tu voulais t'engager? T'aime ça casser du non humain? Tu peux nous mener a la plateforme ?

Pour les pseudo on aura probablement :
Chef pour moi apparemment
Lieutenant ou second pour le besalisk
Fracasse pour le Wookie
Toubib pour le médecin
Tambouille pour celui qui réussira a nous faire a manger
Lumière pour celui qui a allumer le premier feu
Balafre pour notre blessé
Etc. En fonction de nos talents donc.
« Modifié: octobre 18, 2019, 01:55:34 par dragrubis »
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Hors ligne Aytan

  • Chevalier Dragonlance
  • *
  • Messages: 4731

  • Activité
    0%
Re : Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #8 le: octobre 22, 2019, 17:42:03 »
Le trooper ne répond pas. Il bave et cligne des yeux. il semble un peu ailleurs, mais tient debout.

Fracasse le Wookie pousse un rugisement qui se conclut comme une question. Lieutenant, le Besalisk, lui répond :

T'inquiéte, gros. Je suis d'accord avec toi. Et je pense que les autres aussi.

Il se tourne vers toi.

Les gars pensent qu'il vaudrait mieux retourner à la navette. D’après les discours des troopers, il y avait plusieurs jours de marche pour arriver à la Prison. Et on est à moins d'une journée de la navette.

Toubib rajoute un truc dans sa langue. Second rigole.

T'as raison, gars ! Il a pas l'air bien vaillant le trooper. Pas sur qu'il puisse encaisser plusieurs jours de marche sans soins ...

Lumière acquiesce et prend la parole à son tour, de sa voix fluette de Bothan :

J'approuve. On devrai retourner à la plate forme, y établir un cap de base et réfléchir à la suite. On trouvera surement du matériel médical là bas ...

Hors ligne Anokha Tashish
(dragrubis)

  • Grand Prêtre d'Oghma
  • ****
  • Blessures
    Stress
  • Messages: 13258
  • Personnellement je n'ai pas de texte.

  • Activité
    0%
Re: Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #9 le: octobre 23, 2019, 08:50:54 »
Très bien pour la plateforme on se pose le temps de récupérer et de trouver à l'aise et on fait demi tour. Au réveil mangez à votre faim on aura besoin d’être vaillant si on tombe sur d'autres trooper en arrivant à la plateforme. Trouvez un système de positionnement qui pourrait nous permettre de nous localiser et surtout de localiser la plateforme.

Une fois les consignes passées,je me mets également à fouiller mais surtout pour trouver la piste que suivent les troopers pour retourner à la plateforme, vue le nombre que l'on ai il doit y avoir des traces bien visibles... Cela nous permettra de tracer une route.
Lance 2a+1p+2d, Survie

Success:3, Threat:2
Success


Je manque de me blesser 2 stress pour mes deux threat en cherchant des traces valides dans les branches et je suis malgré tout épuisé par la situation, mais je trouve nos traces avec une relative évidence. Nous pourrons rebrousser chemin sans trop de difficulté.

Une fois un peu de repos pris et assez de lumière présente nous mangeons correctement l'ensemble des rations qui aurait dû seulement nous maintenir en vie, puis nous suivons la piste pour retourner a la plateforme.

« Modifié: octobre 23, 2019, 09:24:50 par dragrubis »
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Hors ligne Aytan

  • Chevalier Dragonlance
  • *
  • Messages: 4731

  • Activité
    0%
Re : Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #10 le: novembre 23, 2019, 23:05:40 »
Le retour vers la plate forme se passe bien. Tout est calme, et même les sangsues, les moustiques, les lianes urticantes et les espèces de chauve-souris menaçantes qui passent au dessus de vous n'arrivent pas à entamer votre enthousiasme. Vous vous êtes libérés de vos chaines !

Enfin, vous arrivez en vue de la plateforme. C'est le Wookie qui vous alerte, d'une voix curieusement faible et vous incitant à vous coucher à terre. Tu ne vois rien de  spécial, juste la plate-forme... Ah si ! Trois silhouettes sur le plate-forme semblent, vigilantes, regarder en contrebas.

Le Besalisk échange avec le Wookie à vois basse, ce qui correspond à un grognement d'ours sourd vu le calibre de ces deux-là. Finalement, ils se tournent vers toi
.

Il y a des individus là bas. Une autre navette est arrivée. Fracasse est un peu surpris ... il semblerait que ce soit des non humains. Fracasse distingue un Bothan, un Twi-Lek et un Klatooinien en grande conversation juste au bord.

Il hésite, et regarde les autres, tous couchés, qui attendent.

Qu'est ce qu'on fait, chef ?

@dragrubis A toi :) Désolé pour l'attente ! :)

Hors ligne Anokha Tashish
(dragrubis)

  • Grand Prêtre d'Oghma
  • ****
  • Blessures
    Stress
  • Messages: 13258
  • Personnellement je n'ai pas de texte.

  • Activité
    0%
Re: Dans l'enfer de la Jungle
« Réponse #11 le: novembre 25, 2019, 15:12:59 »
Des non humains? Ils ont l'air libres? Avec un peu de bols se sont des prisonniers qui se sont libéré pendant leur transport, ce qui signifierai une navette pour se tirer d'ici. Si on a pas de bol se sont des mercenaires mais probablement pas pour nous, personne ne sait qu'on s'est libéré. Sinon se sont peut être des rebelles, j'ai cru comprendre qu'ils commençaient à s'organiser...

Je réfléchis donc en restant à couvert à voix haute pour que mes compagnons m'entendent.

Premièrement on va devoir établir un plan qui prends en compte toutes ses possibilités ainsi que toutes celles que l'on a pas encore imaginé. On peu imaginer y aller avec un groupe de reconnaissance, pour estimer ce qu'ils sont. par sécurité il faut y aller avec un groupe de 3, vu que c'est le nombre qu'ils semblent être. Je serais dedans, je ne laisserais pas quelqu'un prendre un risque sans le prendre moi même. Du coup, il me faut deux volontaires. Ensuite il faut savoir si on y va avec toutes les armes possibles ou si on y va uniquement avec une seule en signe de paix. Sachant que le nombre de nos armes est limité et que le groupe qui reste en bas n'aura que celle que le groupe de reconnaissance n'aura pas prises. Alors je vous laisse décider. qui viens avec moi et combien d'arme prenons nous?
La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

 

Lignes et Colonnes du Tableau

# Lignes
# Colonnes

Injection d'un lien

URL
Texte
Editer !