Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
décembre 10, 2022, 02:28:06
Le forum Planète Rôliste existe depuis 2006, il a pour vocation de promouvoir les jeux de rôles (JdR) et permettre de jouer des parties même pour ceux qui n'ont plus de table à disposition (au sens propre comme au sens figuré), à l'écrit en "Play by Post", grâce aux très nombreux outils à disposition, ou en chat vocal/vidéo pour ceux qui le souhaitent. Les expatriés, les nomades, les timides, les boulimiques du JdR, les petits nouveaux, les peujs et les meujs, tous sont les bienvenus au sein de notre communauté.

AuteurSujet:  Acte III Scène 3 : Fort Pic-Chardon  (Lu 961 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Samuel

  • Guerrier Impétueux
  • *
  • Messages: 242
  • 六十の手習い

  • Activité
    0%
Acte III Scène 3 : Fort Pic-Chardon
« le: novembre 24, 2018, 02:36:34 »
Le buisson de Gogmurt donne accès au bord de la falaise par un passage qui se termine sur un éperon rocheux rocheux à découvert et faisant face à un énorme roc séparé de la côte par un bras de mer d'environ 60 pieds de large. Un pont de corde et de planches branlant part de l'éperon rocheux et rejoins le rocher, oscillant sous le vent de façon peu engageante, à plus de 60 pieds au dessus des flots écumants.
Le rocher est particulièrement régulier et ressemble au sommet d'un crane dont la base serait noyée sous les eaux. Le sommet est envahis par la végétation mais l'essentiel de la surface est couverte par une grande bâtisse hétéroclite faite d'un assemblage de planches, cordages, voiles et branchages. Le pont de corde est fait pour l'essentiel de cordages de marine et de planches de bois disjointes. Son assemblage est grossier mais il semble solide.
La bâtisse est surmontée de deux hunes de navires qui s'élèvent a plus de 20 pieds de haut. Des planches et des voiles posées sur des mats qui montent à hauteur des hunes protègent des pièces au niveau du sol comme de grands tipis. Une toiture irrégulière faite d'un amas de branchages et de toiles de navires couvre l'essentiel de la bâtisse. Il n'y a aucune fenêtres ou ouvertures apparentes, mais l'aspect disjoint des palissades doit laisser passer de la lumière à l'intérieur.

La passerelle arrive sur une surface rocheuse dégagée, encadrée à droite et à gauche par des arbustes et donnant sur grande porte double en bois entrouverte, seule ouverture apparente de la bâtisse. Les planches qui forment les murs sont toutes disjointes et de provenance diverses, certaines vermoulues et anciennes, d'autres encore d'un échouage plus récent et couvertes de coquillages ou de lichens. Les plus gros interstices sont  bouchés par de la végétation. Un sentier semble faire le tour de l'île sur le bord du rocher, dangereusement prêt du bord.

Feutard et Finn qui ont traversé la passerelle rapidement ne remarquent aucune activité au sommet des hunes ou provenant de la bâtisse, par contre le vent leur apporte des cris de gobelins qui semblent provenir l'autre coté de la batisse. Une investigation discrète leur confirme qu'un groupe de gobelin est de l'autre coté de l’île et apparemment plus intéressé à jouer à tue-mouette que de surveiller l'entrée de leur repère.

Vous en profitez donc pour entrer dans la bâtisse. Toris qui portait Gogmurt saucissoné et baillonné le laisse à l'extérieur. Le sol de l'entrée est en terre battue, les recoins couverts de détritus pour l'essentiel des plumes, des os et des débris végétaux. Plusieurs têtes de chevaux et de chiens maladroitement empaillées sont accrochées au mur Est, tandis qu’une grande paire d’ailes noires de dix pieds d'envergure est clouée sur le mur Sud avec des dagues. Ce grand hall donne sur de nombreuses portes bringuebalantes et un couloir qui se dirige vers l'Est en direction d'une des deux hunes. Vous êtes cependant attirés par ce qui semble être un bruit de bataille et de chants qui proviennent des portes doubles au Nord. Le déplacement est plus aisé dans la bâtisse que dans le buisson de Gogmurt, même si le plafond est très bas vous pouvez vous déplacer sans courber l'échine, seuls les passages de portes sont dangereux pour les têtes.

Derrière les portes se trouve une entre-chambre tout aussi salle que le hall avec deux bancs adossés à des murs couverts de trophées et de babioles sans valeur, allant du pot de chambre cassé au compas de marine rongé de verdegris. Deux autres portes se trouvent en enfilade, elles sont de bonne qualité et possèdent une serrure mais leur loquet est ouvert. Le bruit de bataille et de cris est juste derrière.

Vous découvrez une grande salle décorée de fourrures accrochées aux murs, des peaux de dos rouges, mais aussi quelques pelisses de chien et quelques peaux ressemblant à celle d’un cheval. Quatre piliers carrés en bois soutiennent le plafond. Ils sont hérissés de dizaines de pointes de métal, les plus basses étant ornées de dizaines de mains tranchées à divers stades de décomposition. Au nord-est, un rocher couvert de fourrures de chien et de peaux de cheval emménagé en trône se dresse entouré d'une estrade de bois. Des crânes de chiens décorent les accoudoirs et un crâne de cheval surplombe le dossier du trône.

Sur le trône se trouve un gobelin musculeux et bien armuré, à la tête couverte d'un casque à couronne d'or, sans aucun doute Volpépite le chef dont Gogmurt a parlé. A ses pieds se trouve un énorme lézard de la taille d'un gros chien. Volpépite regarde quatre de ses gobelins guerriers mimer une bataille, vraisemblablement contre un adversaire de grande taille représenté par un gobelin en portant un autre sur ses épaules. Le bruit des tranche-chiens qui s'entrechoquent accompagnés d'une chanson braillée par un chante-guerre gobelin complète le tout.

Bien sur un tel raffut est une occasion inespérée pour vous et vous profitez de l'effet de surprise pour attaquer frontalement. Volpepite est toutefois particulièrement coriace et la bataille fait rage plusieurs minutes avant que vous ne preniez le dessus, car à votre tour vous êtes surpris par les huits gobelins qui étaient dans la pièce à coté et ont compris que la bataille n'était plus simulée.

S'ensuit une course-poursuite dans les couloirs derrière les quelques gobelins qui ont survécut, mais la "forteresse" de Pic-Chardon est maintenant vôtre. Après quelques soins magiques plus que nécessaires dispensés par Cupilla, vous ressortez de la forteresse pour vous occuper des gobelins qui jouent à l'extérieur de l'autre coté de l'île. Là encore l'effet surprise ne laisse guère de chance à vos adversaires qui sont terrassés en ne causant guère qu'une égratignure à Finn.

Comme Finn a volontairement porté des coups non-létaux, Volpépite est inconscient au lieu de baigner dans son sang comme tous ses gobelins. Vous avez donc deux prisonniers. Gogmurt est cependant suffisant car voyant son chef toujours vivant malgré le massacre de la tribu il vous indique où se trouve l'accès au sous-sol où sont Nualia et ses sbires. La bâtisse a deux accès au sous-sol et Nualia et ses sbires utilisent a priori l'accès Nord-Ouest, qui est dans une zone séparée du reste de la construction par une court intérieure.
« Modifié: novembre 25, 2018, 14:45:05 par Samuel »

 

Lignes et Colonnes du Tableau

# Lignes
# Colonnes

Injection d'un lien

URL
Texte
Editer !