Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
juin 21, 2021, 18:54:44
Le forum Planète Rôliste existe depuis 2006, il a pour vocation de promouvoir les jeux de rôles (JdR) et permettre de jouer des parties même pour ceux qui n'ont plus de table à disposition (au sens propre comme au sens figuré), à l'écrit en "Play by Post", grâce aux très nombreux outils à disposition, ou en chat vocal/vidéo pour ceux qui le souhaitent. Les expatriés, les nomades, les timides, les boulimiques du JdR, les petits nouveaux, les peujs et les meujs, tous sont les bienvenus au sein de notre communauté.

AuteurSujet:  Caiman  (Lu 23224 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Roibeart Sullivan
(Skye)

  • Chevalier Dragonlance
  • **
  • Portrait
  • Messages: 4470

  • Activité
    0%
    • Contact Professionnel
Re : Caiman
« le: mars 17, 2018, 09:26:27 »
Je n'ai jamais su définir si j'avais la gueule d'un tueur ou pas .Et dans ma partie, je ne peux pas poser la question à mes amis. Vous voyez pourquoi ?
Je n'ai pas d'ami, personne à qui je puisse faire confiance d'autre que moi. Je suis solitaire et qu'on ne me dise pas "comme un loup", les loups ne sont pas solitaires, ils sont solidaires, chaque meute a une hiérarchie, des éclaireurs, des aguerris qui ferment la marche et au milieu les plus faibles à protéger.
Moi je n'ai personne qui protège mes arrières, qui éclaire le terrain, je dois prendre mes propres marques, mes précautions, tout penser de A à Z. Ca a l'avantage de ne jamais avoir dans le paysage un crétin qui vienne me dire ce qu'il faut faire parce que théoriquement il l'a lu quelque part dans ses bouquins de cours. C'est apaisant d'un certain côté, de l'autre ça vous donne une tension permanente jusqu'à ce que votre cible s'écroule. Personnellement ça dure jusqu'à l'aéroport, quand je passe le contrôle, jusqu'à ce que l'avion décolle.
Ca me fait quasi dormir tout le voyage pour récupérer et être apte à profiter du Vénézuela, de ma maison, de Mila, une des seules présences humaine que je tolère. Elle est discrète, humble, gentille. Pas un cheveux de sa tête ne pense à faire le mal à autrui, ça me fascine.
Parfois j'ai l'impression de coucher avec une sainte et d'être un démon. Et ce sentiment a lieu de me culpabiliser conforte ma confiance en moi, lorsque je l'ai en ma possession, qu'elle soupire, gémit et murmure mon nom, je me sens encore plus puissant, intouchable, invulnérable.

Cette vie est vraiment étrange, on peut marcher parmi ses semblables comme un imposteur, tranquillement.

J'ai pris une serviette pour m'essuyer le visage, j'ai passé la main dans mes cheveux et je me suis regardé de profil. J'ai une belle gueule mais de celles qui sont marquées par une sorte d'avertissement  "A ne pas emmerder", une faculté que j'ai développée à l'école après m'être fait bousculé pendant plusieurs semaines par ceux qui se considéraient comme des caïds. Des caïds, oui, jusqu'à ce que je déjante leur chef et que de mon regard noir je signifie aux autres que j'étais prêt à me faire les lieutenants, les sergents et la piétaille de leur troupe de pacotille, une petite bande de cons ! Ils n'avaient aucune idée de ce qu'est la violence, la bagarre, la vraie, celle qui mène à la guerre. La force d'un homme qui grandit là-dedans est puissante, une source en lui qui en fait un fauve, un fauve en liberté, puissant, silencieux, efficace qui peut rester des heures à attendre sa proie, qui choisit l'instant, le terrain où il est le plus fort. Et qui tue sans remords avec une efficacité redoutable. Une efficacité qu'il a travaillée, ciselée jusqu'à en faire un diamant tranchant.

Mon estomac a grogné, j'ai grimacé. Difficile de se contenter du whisky, je vais devoir me résoudre à me commander quelque chose.
Au Vénézuela je cuisine, ici impossible je n'y arrive pas, j'ai l'impression que les ingrédients sont ternes, pollués et la mixture brune qui termine dans la poêle ne me donne qu'une envie : la jeter à la poubelle, je ne la filerai même pas à mes chiens.
« Modifié: mars 17, 2018, 09:40:50 par Skye »
“De fait, le nombre de balles qu'on reçoit indique quel traitement on mérite.”  (Roberto Saviano)

 

Lignes et Colonnes du Tableau

# Lignes
# Colonnes

Injection d'un lien

URL
Texte
Editer !